Les gagnants du prix Jeune & Bénévole 2011

 

 

 

Manal, 15 ans, bénévole aux Enfants de la Goutte d'or, 

gagne un séjour sportif, offert par l'UCPA.

 

Manal n’a que 15 ans, mais connaît l’association depuis longtemps : elle en était bénéficiaire avant d’y être une bénévole très engagée : animations, soutien scolaire, courses, ménage.

Elle sait très bien expliquer les raisons de son engagement : « Je fais cela pour le plaisir, car quand on donne, on reçoit aussi beaucoup ».

"Le quartier de la goutte d’or, à Paris, n’a pas bonne réputation. Moi j’y vois surtout les fêtes, les animations et l’entraide. Ici, toutes les origines et les religions sont représentées, et on saisit chaque occasionpour se retrouver et s’amuser. Quand je suis arrivée ici, l’association "Les enfants de la Goutte d’or" m’a aidée : soutien scolaire, activités (théâtre, danse, sport…) Et quand on m’a proposé d’aider à mon tour les plus petits, j’ai dit oui. Je fais de l’aide aux devoirs, je participe à la vie de l’asso : réunions, animations, je fais des courses ou du ménage. Avant l’été, nous avons lancé lagrande fête du quartier. J’ai maquillé une trentaine de petits pour la parade. Donner de mon temps me plaît énormément. Un jour, un gars s’est foutu de moi parceque je ne suis même pas payée. Je lui ai demandé si son père était payé pour aller à la mosquée. Il m’a dit que non, qu’il faisait ça pour son plaisir. Moi, c’est pareil, je fais ça pour le plaisir car, quand on donne, on reçoit aussi beaucoup."

 

Marie, 22 ans, bénévole chez Waranka-Gr, gagne un séjour solidaire au sein d'une association au Canada, offert par les Amitiés Acadiennes.

Par ce texte et ce petit film, Marie nous fait partager ses 5 mois de bénévolat dans l’un des quartiers les plus pauvres de Dakar, où l’on découvre que l’alphabétisation et le soutien scolaire, c’est aussi beaucoup de connivence et de sourires…

"Je suis partie après l’été 2007, pour une mission de bénévolat de 4mois dans uneassociation localisée à Guinaw Rail, un des quartiers les plus pauvres de Dakar.Je suis jeune, mais je sais que je peux aider à ma façon et grâce à mon envie d’être utile, à mon énergie. Je suis accueillie avec beaucoup de gentillesse et d’entrain. Je fais 1h d’animation chaque après-midi. Ce n’est pas facile, mais les enfants sont demandeurs, et c’est passionnant!

Je donne aussi des cours de soutien pour les élèves de 3°. Ils en veulent toujours plus et je ressens leur rage de réussir. Enfin, je m’occupe du cours d’alphabétisation. Au début je n’ai qu’une seule jeune élève, Ndiabé. Elle ne parle pas français et ne sait ni lire ni écrire. Peu à peu on trouve un rythme et une méthode de travail, l’apprentissage est lent et laborieux, mais on y arrive. Entre temps, deux autres élèves sont arrivés au cours, Nass, élève studieux, et Absa, tout le contraire. Toujours en conflit, elle restera néanmoins une de mes plus belles rencontres.Dans un engagement bénévole, le plus marquant ce sont en effet les rencontres que l’on fait tout au long de la mission. La reconnaissance dans le regard des gens est  un énorme cadeau et suffit à donner l’envie de revenir. Ce que je fis d’ailleurs 3 mois après mon retour en France, pour un mois de plus dans le monde de WARANKA GR !"

Mayssa, 25 ans, bénévole à la Fondation Claude Pompidou, gagne un séjour en chantier international, offert par GDF Suez et Jeunsesse & Reconstruction.

Dans un texte simple et fort, Mayssa nous livre ses réflexions et ses émotions sur le plaisir d’accompagner des enfants handicapés ou des personnes âgées :

""Votre temps est précieux? Partagez-le!"  C'est le slogan de la Fondation Claude Pompidou. Dans le service minibus, nous accompagnons des enfants handicapés ou des personnes âgées pour faire des activités diverses, adaptées à leurs capacités et intérêts. Chaque sortie apporte quelque chose de nouveau, autant à nous bénévoles qu'aux personnes accompagnées. Eux se divertissent et se laissent guider par toute la confiance qu'ils nous font ; derrière ces yeux gamins, et ces rides, il y a tendresse et amour partagé. A travers eux nous nous questionnons sur les aspects essentiels de la vie, nous permettant de relativiser les choses et d’apprécier la simplicité et la beauté de notre existence.

Enfin se demande-t-on: est-ce eux qui ne sont pas comme les autres, ou sommes-nous, nous-mêmes, pas comme eux? Voir le monde à travers les yeux d'un enfant trisomique ou d’une personne en fauteuil roulant est difficile, certes, mais en fin de sortie, ça nous manque déjà.  Nous avons  fait sourire quelqu’un, nous avons aidé des parents. Les WE sans bénévolat, nous passons chaque jour comme un jour ordinaire, et nous l’oublions, comme un jour ordinaire… Le bénévolat, par contre, donne goût à notre journée et valeur à notre temps. Votre temps est précieux ? Le mien l’est devenu..""

 

Richard, 17 ans, bénévole à la MJC F.Rabelais, gagne un séjour solidaire au sein d'une association en Allemagne, offert par l'Office Franco-Allemand pour la Jeunesse. 

Avec des amis, Richard a l’idée de créer et d’organiser un tremplin musical destiné à de jeunes groupes de rock. Par ce texte et le film, il nous explique le déroulement du projet et nous fait comprendre en quoi cette expérience les a « responsabilisés et enrichis » :

"Dans la vie y'a des choses qu’on voudrait faire mais on sait que c’est pas possible...voir la face cachée de la lune, courir plus vite qu’Usain Bolt ou monter un tremplinmusical... M.Desjardins, un responsable de la MJC, emballé par l'idée nous a invitéà la développer. « Super Tremp’ », impossible is nothing! « Super Tremp’ » c’est le mélange de bcp de travail, d’une équipe de 3 amis bénévoles motivés et d’une dose de bonne humeur. C’est un tremplin qu’on a monté les mercredis après-midi pendant 1 an : organisation, débats, débrouilles, galères et contacts avec des musiciens (sans aide financière spécifique). Mathieu était heureusement là pour nous guider.
Le projet s'est déroulé en 3 parties : présélection sur dossier (9 groupes gardés sur 22); 2ème sélection en situation live sans public devant un jury pro (5 groupes gardés); Concert Final pour nommer les 3 groupes vainqueurs. Le tout s’est déroulé dans uneambiance terrible! Ainsi, « Super Tremp’ » nous a responsabilisé et enrichi! Donner une chance aux jeunes groupes de jouer sur scène, les lancer peut-être sur la voie de la célébrité, les voir s’amuser, c’est voir en retour la réussite de notreprojet. On ne regrette rien, rien ne nous a déplu. On a envie de réitérer cetteexpérience en l’enrichissant: offrir un 1er prix peut être plus attrayant et en faire une manifestation permanente de la MJC... à suivre donc!"